Test de sensibilité aux antibiotiques

L’objectif de cette procédure est de déterminer la sensibilité d’une souche bactérienne à un agent antimicrobien. La procédure est conçue comme une procédure « tout-en-un » pour l’antibiogramme des isolats bactériens récupérés à partir d’hémocultures dans le cadre de projets de l’IMT dans les pays à revenus faibles et moyens, en particulier ceux inclus dans l’étude « Surveillance of antimicrobial resistance among consecutive blood culture isolates in tropical settings ». Cette procédure fournit un aperçu complet mais les panels d’antibiotiques à tester pour les soins aux
patients doivent être sélectionnés dans les sites spécifiques selon les directives locales.

La procédure combine les méthodes de diffusion sur disque et les méthodes de gradient (appelées « E-test » ou « MICtest ») ; les bactéries, les combinaisons d’antibiotiques, les méthodes et les données interprétatives sont basées sur les documents d’orientation de l’EUCAST et du CLSI. Les antibiotiques sont regroupés selon les catégories « A-B-C-U-O-Inv » du CLSI (voir explication ci-dessous) et se concentrent sur les produits présents sur la liste des médicaments essentiels
de l’Organisation mondiale de la santé. Le cas échéant, nous avons ajouté des données (critères d’interprétation et doses d’antibiotiques) pour d’autres foyers infectieux tels que les méningites et les infections urinaires. Nous n’avons pas inclus les organismes fastidieux rares tels que Haemophilus (para)influenzae et Campylobacter. La procédure est unique dans la mesure où elle combine les méthodes CLSI et EUCAST. Le cas échéant, nous avons explicitement fait référence à des méthodes et interprétations spécifiques. Dans quelques cas, nous avons légèrement adapté ou étendu l’interprétation de l’EUCAST ou du CLSI, dans ces cas nous avons explicitement fait référence aux documents sources.